Sabotage Musique – nouveau label indépendant au Québec

Un membre fondateur de Ni-Dieu-Ni-Maitre.com a récemment joint ses forces à trois autres vétérans de la scène pour lancer un nouveau label indépendant: SABOTAGE MUSIQUE. Le projet est né dans le but de combler un vide dans la scène contre-culturelle québécoise, soit l’existence d’un label digne de ce nom qui aide à produire, promouvoir et distribuer les disques de groupes de la scène.
Sabotage Musique commence en gros avec la sortie de l’album posthume d’Esclaves Salariés. Plusieurs autres surprises vous attendent en 2014 !

 

 

Dans le même esprit que Ni-Dieu-Ni-Maitre.com, ce nouveau projet met de l’avant des principes de solidarité et d’entre-aide plutôt qu’une philosophie marchande. C’est pourquoi la totalité des revenus des ventes de disques serviront uniquement à financer les sorties d’autres albums. Sabotage, c’est un label pour la scène et par la scène.

 

Une partie des ventes de Ni-Dieu-Ni-Maitre.com servira donc à investir dans la sortie des albums de Sabotage Musique afin de donner un élan à ce nouveau projet. De plus, tous les vêtements imprimés sur demande et vendus par le label sont fournis par Ni-Dieu-Ni-Maitre.com au coût de production afin d’aider Sabotage Musique à financer ses productions d’albums.

 

Un site web a également été conçu et hébergé gratuitement pour le label. Vous y trouverez une présentation plus détaillée du label ainsi qu’une boutique en ligne où est également distribuée la compilation Pirate-Punk.net

 

Sabotage Musique
Site Web: http://www.sabotagemusique.org
Facebook: http://www.facebook.com/sabotagemusique
Bandcamp: http://sabotagemusique.bandcamp.com/

 

 

 

SAB001 – Esclaves Salariés – Et un problème s’en suit

 

« Esclaves Salariés, c’est la puissance de la oi! et du rock prolétaire. Le groupe s’est imposé dans la dernière décennie comme l’une des formations les plus marquantes de la scène punk et skinhead québécoise. Le groupe s’est fait connaître tant pour la puissance de sa musique que pour la finesse de ses paroles. Toujours assez sombres, les textes traitent de la violence, de l’espoir et de l’aliénation du travail salarié. Après un album remarqué, « Ça augure mal » (2007), et une tournée européenne, le groupe s’est séparé en pleine période d’enregistrement. Il faudra donc attendre la fin de 2013 pour que leur album posthume, « Et un problème s’en suit », puisse enfin voir le jour. »

 

Achat de l’album: http://www.sabotagemusique.org/esclaves-salaries-et-un-probleme-sen-suit/

Publié le: 18/12/2013 Mise-à-jour: 27/06/2014