Dons au COBP (Collectif Opposé à la Brutalité Policière)

Ni-Dieu-Ni-Maitre.com réitère son objectif de toujours s’efforcer de donner les revenus à une organisation correspondant à la cause militante exprimée sur les t-shirts que nous vendons. Dans cet optique, nous avons décidé de soutenir financièrement le COBP tant que le besoin s’en fera ressentir. Les montants donnés seront amassés grâce aux revenus générés par les ventes de nos t-shirts de la section ACAB et seront donc proportionnels au nombre de ventes de ceux-ci. Un premier don de 150$ a été envoyé et d’autres suivront dès que possible.

 

Nous exprimons à nouveau notre solidarité avec toutes les victimes d’abus policiers ici comme ailleurs et souhaitons encourager tous ceux et celles qui se mobilisent pour lutter contre l’impunité policière. Par le passé, nous avions également fait des dons au fond de défense des arrêté-e-s du G20 de Toronto ainsi qu’aux camarades antifas grecs arrêté-e-s et torturé-e-s par la police pendant une manifestation contre le parti néo-nazi Aube Dorée.

 

cobp1

Le Collectif Opposé à la Brutalité Policière

 

cobpLe COBP est un groupe autonome qui regroupe des personnes victimes, témoins et/ou concernés par la brutalité policière et tout abus perpétré par la police. Le collectif a vu le jour en 1995, par un comité de défense pour les personnes arrêtées suite à une manifestation contre Human Life International, un groupe d’extrême droite. Face à l’ampleur de la répression, du nettoyage social et de l’impunité toujours croissante sévissant à Montréal, le COBP a décidé de s’organiser sur une base permanente pour continuer sa lutte contre la brutalité policière.

 

Le COBP a pour but non seulement de dénoncer les harcèlements, violences, intimidation, arrestations et abus de pouvoirs policiers et d’informer les gens sur leurs droits face à la police, mais aussi de soutenir les victimes en les aidant par exemple à porter plainte en déontologie et à faire face à des accusations abusives.

 

Le collectif a publié plusieurs brochures notamment sur la police de quartier, la police secrète et l’espionnage politique, et sur « La vaste escroquerie de l’anti-terrorisme canadien ». Depuis 1998, le COBP a diffusé environ 35 000 copies en français, anglais et espagnol du livret « Surprise! On a des droits?! ». Le groupe fait également de la recherche, des archives et des banques de données.

 

Le COBP fait régulièrement des ateliers d’information et de discussion sur les droits et les abus policiers, disponible sur demande. L’organisation fait aussi du Copwatch, documentant les agissements de la police dans les rues à l’aide d’une caméra vidéo, appareils photo, en prenant en note les noms des policiers, matricules, numéros d’auto-patrouille, ce qu’ils ont dit et fait, etc.

 

Le 15 mars, la Journée Internationale Contre la Brutalité Policière

 

cobp2Depuis le 15 mars 1997, le COBP organise des manifestations dans les rues de Montréal pour souligner la Journée Internationale Contre la Brutalité Policière (JICBP), qui s’est déjà propagée du Canada et de Suisse, en Allemagne, Angleterre, France, Belgique, Espagne, au Portugal, en passant par le Nigeria, les États-Unis et le Mexique.

 

NON À L’IMPUNITÉ POLICIÈRE!

Que ce soit dans les interventions policière dans les manifestations, dans le quotidien avec les minorités marginalisées, dans leurs interventions avec les sans-abris ou avec les « ostie de carrés rouges », il faut faire comprendre aux corps policiers qu’ils ne peuvent se permettre de faire n’importe quoi, que si les comités de déontologie et les tribunaux sont de son côté, la rue n’oublie rien et ne pardonne pas.

 

Le travail des policiers est constamment teinté de violences arbitraires, de comportements et de commentaires belliqueux, d’abus d’autorité. La presse et les autres médias de masse tentent de nous rassurer en nous rappelant qu’il existe des mécanismes pour punir les « pommes pourries », les « bavures », les « incidents isolés ». Mais nous ne sommes pas dupes. Le printemps dernier aura mis en lumière que la majorité des cas de violence policière ne seront jamais punis, que la Fraternité des policiers et le SPVM défendront toujours leurs agents jusqu’au moment où il devient vraiment trop salissant pour leur image publique de le faire (pensons aux interventions de l’agente 728). Les exemples de cette violence répressive sont légions. Entre les milliers d’arrestations durant la grève, les journées en taule ou au C.O., entre les blesséEs et les morts aux mains des flics, peut-on vraiment croire à une institution dont la première tâche est de défendre l’ordre établi jusque dans ses dérives les plus dégueulasses, les plus fascisantes?

 

Venez prendre la rue, elle nous appartient. Y’en a marre des flics qui nous interpellent, nous demandent nos papiers sans en avoir le droit, inventent des chefs d’accusation bidons pour se donner une excuse pour nous fouiller, nous détiennent, débarquent chez nous au petit matin.

 

CONTRE LA VIOLENCE DE L’ÉTAT, CELLE DU CAPITAL
ET CELLE DES FLICS À LEUR SERVICE!

 

Pour plus d’infos, consultez la section du 15 mars sur le site du COBP : https://www.cobp.resist.ca/category/dossiers/15-mars-journ-e-internationale-contre-la-brutalit-polici-re

 

Besoin financier

 

cobp3À chaque année ou presque, lors de la manifestation du 15 mars, les policiers procèdent à des arrestations de masses de plusieurs centaines de personnes sans aucune raison. Ces arrestations sont d’ailleurs dénoncées par de nombreuses organisations vouées aux défenses des droits et libertés. Elles sont aussi contestées devant les tribunaux et c’est une des raisons principales pourquoi le COBP a besoin de soutien financier.

 

Les dons perçus par le COBP servent aussi à plusieurs autres causes dont entre-autres la contestation du règlement P6 qui restreint le droit de manifester à Montréal, ainsi que plusieurs autres fonds de défense légale pour les militant-e-s arrêté-e-s dans différentes manifestations. Parallèlement, une militante poursuit présentement la police de Montréal devant les tribunaux suite à une série d’abus policiers et d’arrestations arbitraires après avoir été ciblée par le SPVM en tant que prétendue militante proche du COBP.

 
N’hésitez pas, vous aussi, à faire un don au COBP:
www.cobp.resist.ca

 

cobp5

Publié le: 07/07/2014 Mise-à-jour: 10/07/2014